Ce n’est qu’un au revoir…

Dimanche 10 février 2019, à la fin de la messe joyeusement animée par le groupe des familles, la communauté, aussi bien religieuse que civile, d’Alençon a rendu grâce pour Sr Ritalba et  ses six années au service du Sanctuaire, des pèlerins et des habitants d’Alençon. M. Joachim Pueyo, Député, lui a remis la médaille de la ville en la remerciant avec émotion.

Soeur Ritalba et M. Joachim Pueyo

Etaient présents de nombreux amis du sanctuaire dont M. Emmanuel Houis, Secrétaire Général de Lisieux, M. François-Xavier Dard, Économe Diocésain de Séez, Mme Servanne Desmoulins, Conservatrice des antiquités et objets d’art.

La lettre de Mgr Jacques Habert

Mgr Jacques Habert, ne pouvant être là, s’est exprimé en ces mots, s’adressant d’abord à tous, puis à sœur Ritalba :

« Chers amis,
Ne pouvant pas être avec vous aujourd’hui j’envoie ce mot à l’occasion du départ de sœur Ritalba.
Ce départ nous en connaissons la cause : l’élection de sœur Ritalba comme supérieure de sa congrégation.
Nous pouvons dire que c’est une congrégation qui a de la chance et du discernement. Mais ce choix judicieux des sœurs est pour nous source de tristesse, car il implique le départ de sœur Ritalba.

Les soeurs avec Père Stéphane Cailliaux

Chère sœur,
C’est avec une grande sincérité que je vous adresse en ce jour mes remerciements les plus sincères.
Merci pour votre présence au sein du sanctuaire, merci pour la belle collaboration vécue au fil des années.
Merci pour le climat d’accueil, de prière, d’attention que vous avez su créer pour toute personne entrant dans la maison. Entrer dans la maison, c’était avec vous, entrer dans sa famille.
Merci pour l’animation que vous avez assurée au sein de la communauté des sœurs.
Merci aussi pour tout ce que vous avez vécu dans le secret de votre cœur et de votre prière.

Beaucoup vous regretteront et ne pourront pas venir vous le dire directement, je m’en fais aujourd’hui le porte-parole.
Vous partez, mais nous savons que vous nous gardez dans votre prière. Nous savons aussi, vous l’avez souvent dit, que ce lieu fut pour vous source de grâces et de conversion personnelle.

Chère sœur Ritalba, que le Seigneur vous bénisse pour votre nouvelle mission qui s’ouvre. Soyez assurée que nous vous gardons, nous aussi, dans nos prières.
Très fraternellement. »

Le discours de soeur Ritalba

Puis Sœur Ritalba a parlé avec son cœur :

« Il y a 6 ans, dans cette basilique, j’ai dit que je séjournerai à Alençon 23 ans, autant que j’ai vécu au Kenya. Mais je ne l’avais pas demandé à Dieu et ses pensées ne sont pas mes pensées, ses voies ne sont pas les miennes…

La sagesse du Seigneur nous dit qu’il y a un temps pour toute chose sous les cieux :

« Un temps pour naître, et un temps pour mourir ;
un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté ;
un temps pour abattre, et un temps pour bâtir ;
un temps pour pleurer et un temps pour rire ;
un temps pour vieillir et un temps pour rester jeune… »

Eh oui, la mission que ma congrégation m’a confiée me rend jeune.

De retour à la maison mère à Imola, je recommencerai à parcourir le monde pour visiter les communautés et comme sainte Thérèse, je me sentirai missionnaire.

Je dois dire un grand merci au Seigneur car au cours de ces six années, j’ai appris beaucoup de choses. Je vais en Italie enrichie spirituellement et humainement.

Petites soeurs de Sainte Thérèse

Personnellement, je n’ai pas fait beaucoup de choses mais j’ai essayé de donner de l’espoir du Seigneur à toutes les personnes rencontrées. La maison de sainte Thérèse et de la famille Martin est une maison ouverte à tous, en particulier à ceux qui ont besoin de se retrouver, de se reconstruire et de se réconcilier avec eux-mêmes.

Dans le monde d’aujourd’hui, il y a tellement de souffrance et de solitude. Les gens qui viennent visiter ces lieux saints doivent toujours repartir avec de l’espoir dans leurs cœurs. Oui, le sanctuaire doit être un lieu de prière où chacun peut expérimenter la miséricorde de Dieu. Le sanctuaire doit être un lieu d’accueil et d’écoute. Il est très important d’écouter les joies et les peines des gens. Accueillir, écouter, encourager et prier est le sens du sanctuaire. 

J’espère que la maison de la famille Martin sera toujours un lieu serein où chacun peut trouver son propre espace.

J’ai bien travaillé avec tous les bénévoles. Je me suis toujours sentie bien accueillie par vous tous. Je vous porterai toujours dans mon cœur et dans ma prière. Seigneur merci ! Et maintenant, Seigneur, permets-nous de prier, pour votre plus grande gloire : Notre Père… »

A la fin des discours, un verre de l’amitié a été partagé au fond de l’église, permettant à tous ceux qui le souhaitaient de dire « au revoir » à sœur Ritalba.