Accueil > Echos > L’édito – « Aimons-nous l’Eglise ? »

L’édito – « Aimons-nous l’Eglise ? »

« Saint Pierre (de Rome) est bien pour moi, ce qu’il y a de plus beau au monde. J’ai prié pour vous que j’aime tant, il est si doux de prier là. »

Saint Louis à ses filles – CF n° 228 septembre 1885

« Notre mère avait un véritable culte pour l’Eglise, pour le pape, et pour le sacerdoce en général. »

Céline Martin – « Mes saints parents »

Ces paroles de Louis Martin et de sa fille Céline sont d’une grande clarté : dans la famille Martin, amour de Dieu et amour de l’Eglise vont de paire.

Si la vie unifiée de Louis et de Zélie est une évidence, il nous est bon de constater que cet amour de Dieu et de l’Eglise en est, chez eux, un point de jonction essentiel. C’est d’autant plus vrai que cette intime union « amour de Dieu et de l’Eglise » se vit au sein de leur couple. Louis et Zélie rendent très incarné dans le quotidien la prière d’ouverture n°1 du rituel de mariage : « Seigneur notre Dieu, tu as sanctifié le mariage par un mystère si grand et si beau que tu en as fait un sacrement (signe) de l’alliance du Christ et de l’Eglise… »

Prolongeons la réflexion ; dans l’évangile du jour de la Chaire de saint Pierre, fêtée le 22 février, le Christ pose à ses disciples la question : « Pour vous qui suis-je ? »
A la suite de cette question fondamentale, nous pouvons ajouter : « Pour moi, qu’est-ce que l’Eglise ? Est-ce que je l’aime ? »

Pour répondre, nous sommes aidés par le titre d’une encyclique du saint pape Jean XXIII, elle est « Mère et éducatrice » et par l’affirmation de sainte Thérèse : « ma vocation, je l’ai trouvée, au sein de l’Eglise, ma mère, je serai l’amour ».
Apprenons à devenir fils et fille de l’Eglise.

Guy Fournier, diacre, administrateur du Sanctuaire Louis et Zélie d’Alençon