Neuvaine aux saints Louis et Zélie

Dans l’histoire des saints, Louis et Zélie Martin sont les premiers époux à être canonisés ensemble. Leur sainteté s’est formée au quotidien ; ils l’ont vécue dans une fidélité et une persévérance héroïque l’un avec l’autre et l’un par l’autre en mettant Dieu à la première place dans leur vie.

Cette neuvaine se propose de nous faire entrer dans leur famille et de recourir à leur intercession afin que nous aussi, à leur école, nous puissions donner de plus en plus de place à Dieu dans notre vie.

Cette neuvaine est aussi disponible sous la forme d’un livret en vente à la boutique du Sanctuaire.

Jour 1 : la prière

« Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand Il eut terminé, un de ses disciples Lui demanda : Seigneur, apprends-nous à prier. » Lc 11, 1

Méditation

La prière a une place importante dans la vie des saints Louis et Zélie ; personnelle ou en famille, elle marque profondément leurs enfants.
Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus témoigne que lorsqu’elle était « petite reine …, toute seule auprès de son Roi (son père) » il lui suffisait de « le regarder pour savoir comment prient les Saints… »
Céline se souvient : « Quand il avait communié, il restait silencieux sur le chemin du retour. ‘Je continue de m’entretenir avec Notre Seigneur’, nous disait-il. »
Ils ont une grande confiance en Dieu et Lui abandonnent tout dans la prière. Sainte Zélie écrit dans une de ses lettres : « Quand je pense à ce que le Bon Dieu, en qui j’ai mis toute ma confiance et entre les Mains de qui j’ai remis le soin de mes affaires, a fait pour moi et pour mon mari, je ne puis douter que Sa divine Providence ne veille avec un soin particulier sur Ses enfants. »

Résolution

Aujourd’hui, je prends le temps de rencontrer Dieu dans la prière et je lui confie mes joies et mes peines.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 2 : la vie familiale

« Laissez les enfants venir à Moi, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. » Mc 10, 14

Méditation

Le foyer Martin a connu toutes les joies et les tribulations d’une vie familiale normale. Avec leurs neuf enfants, dont quatre sont morts en bas âge, les saints Louis et Zélie ont eu une lourde tâche à assumer pour que chacun d’eux puisse développer en lui les dons de la nature et de la grâce. Ils s’y sont employés dans un esprit de créativité et de foi qui les faisait viser toujours plus haut.

Tout se fait dans la confiance et l’amour, non sans humour : « J’ai promis aux enfants de fêter la Sainte Catherine, dimanche soir, écrit sainte Zélie. Marie veut des beignets, les autres des gâteaux, d’autres des marrons ; moi, je voudrais bien la paix ! »
« Les veillées familiales si joyeuses sont en même temps l’occasion d’un complément d’instruction religieuse. » « Très souvent, nos parents nous rappelaient les choses de l’éternité » , rapporte Marie, leur fille aînée.

Le papa est « toujours disponible pour écouter ses filles, les conseiller, recevoir leurs paroles dans un cœur rempli de Dieu. »

Quand les difficultés surviennent, elles sont portées dans la prière comme par exemple pour l’éducation de Léonie : « J’ai un chagrin profond de voir Léonie comme elle est, écrivait sa mère ; parfois, j’espère, mais souvent je me décourage » ; « le Bon Dieu seul peut la changer, et j’ai la conviction qu’Il le fera. »

Résolution

Aujourd’hui, je prie pour ma famille.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 3 : la pratique religieuse

« Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là, Il priait. » Mc 1, 35

Méditation

Les saints Louis et Zélie, « au matin de journées très remplies, le plus souvent à cinq heures trente, conjointement, se rendent à l’église. Ils sont tous les deux fidèles à la communion du premier vendredi du mois. » Selon les usages de leur temps, ils communient quatre à cinq fois par semaine, tout en se confessant régulièrement. Ils participent aussi aux activités de leur paroisse, tels que l’adoration, les vêpres du dimanche, les processions, les conférences de Carême… Ils ont une grande dévotion aux saints, comme sainte Zélie le raconte alors que sainte Thérèse, bébé, est à l’article de la mort : « Je suis vite montée dans ma chambre, je me suis agenouillée aux pieds de saint Joseph et lui ai demandé en grâce que la petite guérisse, tout en me résignant à la volonté du bon Dieu, s’Il voulait la mettre avec Lui. Je ne pleure pas souvent, mais je pleurais en priant. Je ne savais pas si je devais descendre… enfin, je m’y suis décidée. Et, qu’est-ce que je vois ? L’enfant tétait de tout son cœur. »

Résolution

Aujourd’hui, je fais un examen de conscience et regrette profondément tous mes manques d’amour envers Dieu et le prochain.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 4 : le devoir d’état

« Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir. » Lc 17, 10

Méditation

Louis et Zélie sont des chefs d’entreprise qui gèrent leur affaire avec succès indépendamment l’un de l’autre et plus tard ensemble. Ce qu’ils font, ils le font bien. On dit par exemple de Louis Martin qu’il tient « à ne vendre que des objets de très bonne qualité et à tout faire et vérifier par lui-même. » Il réprimande « sévèrement toute nonchalance quand il la rencontre » d’après le témoignage de sa propre fille.

Même quand le travail semble les accabler, ils savent en tirer parti pour approfondir leur union à Dieu. Sainte Zélie écrit : « C’est ce coquin de Point d’Alençon qui me rend la vie dure : quand j’ai trop de commandes, je suis une esclave du pire esclavage… Quand il ne va pas, j’en ai des cauchemars. Enfin que faire, il faut bien se résigner et prendre le parti de cela le plus bravement possible. » Elle dit : « Le Bon Dieu qui est un Bon Père, ne donne jamais à ses créatures plus qu’elles n’en peuvent porter. »

Ils ne travaillent pas le dimanche malgré le gain qu’ils pourraient en retirer, surtout à l’époque. Le travail n’est pas pour eux un moyen de s’enrichir. « Je sens, dit saint Louis Martin, que facilement je prendrais goût à mes placements d’argent ; mais je ne veux pas m’y laisser entraîner, c’est une pente dangereuse. »
Sainte Zélie de même confie à sa belle-sœur : « Ce n’est pas le désir d’amasser une plus grande fortune qui me pousse…, je dois aller jusqu’au bout pour mes enfants et je me vois dans l’embarras, ayant des ouvrières à fournir de travail. » « L’argent n’est rien quand il s’agit de la sanctification et perfection d’une âme. »

Résolution

Aujourd’hui, j’accomplis mon devoir par amour pour Dieu et pour le bien des autres.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 5 : la charité

« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme Je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. » Jn 13, 34

Méditation

Les époux Martin sont conscients de leurs devoirs envers le prochain, et la simplicité de leur vie les rend attentifs aux besoins des autres. Céline raconte : « Si au foyer régnait l’économie, c’était la prodigalité quand il s’agissait de secourir les pauvres. On allait au devant d’eux, on les cherchait, on les pressait d’entrer chez nous, où ils étaient comblés, ravitaillés, vêtus, exhortés au bien. Je vois encore ma mère empressée autour d’un pauvre vieillard. J’avais alors sept ans. Mais je m’en souviens comme si c’était hier. Nous étions en promenade à la campagne quand, sur la route, nous rencontrâmes un pauvre vieillard qui paraissait malheureux. Ma mère envoya Thérèse lui porter une aumône. Il en parut si reconnaissant qu’elle entra en conversation avec lui. Alors ma mère lui dit de nous suivre et nous rentrâmes à la maison. Elle lui prépara un bon dîner, il mourait de faim, et lui donna des vêtements et une paire de chaussures… Et elle l’invita à revenir chez nous lorsqu’il aurait besoin de quelque chose. »

Si l’une de ses ouvrières tombe malade, sainte Zélie va la visiter le dimanche, n’hésitant pas à pourvoir à ses besoins si nécessaires, de même avec la servante : « Il lui arriva de rester pendant trois semaines, nuit et jour, au chevet de Louise qui avait de terribles crises de rhumatismes articulaires, ne voulant à aucun prix l’envoyer à l’hôpital. »

Quand saint Louis Martin, de son côté, « connaît dans le quartier des malades dont la conversion est urgente, nous avons des échos de son ardeur à les visiter, et à faire prier toute sa famille, pour qu’ils se décident à recevoir les derniers sacrements. » Son épouse « le seconde de son mieux dans cette tâche. »

Résolution

Aujourd’hui, je fais du bien à quelqu’un : par un sourire, un coup de téléphone, une visite ou une aumône…

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 6 : la miséricorde

« Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. » Lc 6, 36

Méditation

Les saints Louis et Zélie, conscients de leur faiblesse, se sont laissés transformer par la Miséricorde de Dieu et ont cherché à la vivre au quotidien. Céline raconte : « Dans sa vieillesse, Marie, notre sœur aînée, rappelait encore avec regret, même avec larmes, les soupirs de notre Mère en constatant les dégâts faits à sa dentelle, dégâts, qu’au prix de veilles et de fatigues, elle réparait, sans lui adresser aucun reproche. »

« A l’exemple de mon père, elle pratiquait également la bienveillance du jugement, s’interdisant de dire du mal du prochain, étant même délicate et scrupuleuse à cet égard, et se reprochait, parfois, avec beaucoup d’humilité, les petits traits d’esprit que sa vivacité trouvait aisément. »

Zélie raconte à ce sujet : « Moi qui ai eu la lâcheté de me moquer de Mme Y. J’en ai un regret infini. Je ne sais pourquoi je n’ai pas de sympathie pour elle, elle ne m’a jamais fait que du bien et rendu des services… Aussi, je veux me convertir tout de bon et j’ai déjà commencé, car depuis quelque temps, je saisis toutes les occasions pour dire du bien de cette dame. »

Résolution

Aujourd’hui, je m’efforce à ne pas dire du mal des autres et s’ils m’ont causé quelques torts, je demande au Seigneur la grâce de pardonner.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 7 : les épreuves

« Si quelqu’un veut marcher à Ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il Me suive. » Mt 16, 24

Méditation

Le saint couple a été frappé par une multitude d’épreuves, dans l’éducation, par la maladie et le deuil… Sainte Zélie confie à sa belle-sœur : « Vous voyez, ma chère sœur, qu’il y a des peines pour tout le monde, les plus heureux ne sont que les moins malheureux : le plus sage et le plus simple, dans tout cela, est de se résigner à la Volonté de Dieu et de se préparer d’avance à porter sa croix le plus courageusement possible. » Et elle ajoute dans une autre lettre : « Le mieux est de remettre toutes choses entre les mains du bon Dieu et d’attendre les évènements dans le calme et l’abandon à Sa volonté. C’est ce que je vais m’efforcer de faire. »
Saint Louis Martin confie à ses filles que pour toutes les grâces et les bienfaits reçus, il a fait un jour la prière suivante : « ‘Mon Dieu, c’en est trop ! Oui, je suis trop heureux, il n’est pas possible d’aller au ciel comme cela, je veux souffrir quelque chose pour vous ! Et je me suis offert …’ Le mot ‘victime’ expira sur ses lèvres, il n’osa pas le prononcer devant nous mais nous avions compris. »
Sainte Zélie, elle aussi, s’est entièrement offerte à Dieu, particulièrement lors de sa longue agonie : « S’il ne fallait que le sacrifice de ma vie pour que Léonie devienne une sainte, je le ferais de bon cœur. »

Résolution

Aujourd’hui, j’offre ma journée comme elle vient, avec confiance et dans l’abandon à la volonté de Dieu.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 8 : la Vierge Marie

« Jésus, voyant Sa Mère, et près d’Elle le disciple qu’Il aimait, dit à Sa Mère : ‘Femme, voici ton fils.’ Puis Il dit au disciple : ‘Voici ta Mère.’ Et à partir de cette heure-là, le disciple La prit chez lui. » Jn 19, 26-27

Méditation

Louis et Zélie ont une grande dévotion pour la Sainte Vierge. Une statue de l’Immaculée trône dans leur maison ; c’est près d’elle, que la famille se retrouve pour prier. Sainte Zélie encourage son frère à recourir lui aussi à la Vierge Marie : « Tu habites tout près de Notre-Dame des Victoire. Eh bien ! Entres-y seulement une fois par jour, pour dire un Ave Maria à la Sainte Vierge. Tu verras qu’Elle te protégera d’une manière toute spéciale, et qu’Elle te fera réussir en ce monde, pour te donner ensuite une éternité de bonheur. Ce que je te dis là, ce n’est pas de ma part une piété exagérée et sans fondement ; j’ai sujet d’avoir confiance en la Sainte Vierge, j’ai reçu d’Elle des faveurs que moi seule connais. »

Chaque année, elle se rend en pèlerinage à la Basilique de l’Immaculée Conception de Sées et se confie à Marie : « Cette année, j’irai encore trouver la Sainte Vierge de grand matin, je veux être la première arrivée ; je Lui donnerai mon cierge comme d’habitude…, je La prierai seulement que celles (ses filles) qu’Elle m’a données soient toutes des saintes et que moi, je les suive de près, mais il faut qu’elles soient bien meilleures que moi. » A la fin de sa vie, comme en témoigne Marie, sainte Zélie « ne quitte pas son chapelet, elle prie toujours malgré ses souffrances… Il y a quinze jours, elle disait encore son chapelet tout entier à genoux aux pieds de la Sainte Vierge… »

Résolution

Aujourd’hui, je m’unis particulièrement à la Vierge Marie ; je prie une dizaine de chapelet et me confie totalement et pour toujours à ma Mère du Ciel.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…

Jour 9 : le désir du Ciel

« Notre cité se trouve dans les cieux, d’où nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, Lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de Son Corps glorieux. » Phi 3, 20-21

Méditation

Les parents Martin ont toujours désiré aller au Ciel. Chaque instant de leur vie est orienté vers ce but ultime. Sainte Thérèse parle du Ciel « vers lequel tendaient toutes leurs actions et leurs désirs. »
C’est aussi leur règle d’or dans l’éducation des enfants, comme sainte Zélie en témoigne dans une de ses lettres : « Quand nous avons eu nos enfants, nous ne vivions plus que pour eux, c’était tout notre bonheur… aussi je désirais en avoir beaucoup afin de les élever pour le Ciel. »

Saint Louis Martin dit un jour à deux de ses filles : « Oui, j’ai un but et mon but, c’est d’aimer Dieu de tout mon cœur. »
Quant à sainte Zélie, elle exprime souvent son désir d’être une sainte, d’aller au Ciel : « Mon esprit n’habite plus la terre, il voyage dans des sphères plus élevées. » « Le vrai bonheur n’est pas de ce monde ; on perd son temps à l’y chercher. » « La terre n’est pas notre vraie patrie. »

Résolution

Aujourd’hui, j’offre mon passé et je vis mon présent dans la confiance et l’espérance, comme un moyen de parvenir au but de ma vie qui est mon entrée dans le Ciel.

Prière

Notre Père…
Je vous salue Marie…
Gloire au Père…
Prière du Jubilé…